dimanche 21 septembre 2014

Confiture ou miel de cerise ?



Courant du mois de juillet, qui aurait du être le mois de la miellée des sapins (1*). Il en était rien !
Plus aucune miellée, le vide, c’était le désert, elles ne trouvaient que quelques fleurs par ci par là à butiner.
Pour éviter la famine, et l’arrêt de la ponte des reines, le reste des provisions hivernal (2*)sortie au printemps ont été distribuées et consommées.
Lors d’un contrôle des ruches, j’apercevais des cellules remplies d’un liquide noires, de quelques traces à des demies cadres pleins.
 De plus près. 


Mais qu’est-ce cette substance noire, du miel de chêne ?
Non, une inspection au couteau montre un miel rouge foncé.
Mais qu’est-ce ? Ont-elles butinées des déchets de confiseries d’une usine, comme c’était le cas du miel bleu (3*)?
Non plus, l’usine la plus proche devrait se situer à plus d’une quinzaine de km.
Ne me restait plus qu’à le goûter, et surprise, c’est comme si j’avais croqué dans une cerise bien mûre !
Sans terminer la visite des ruches, je me suis dirigé sur le premier cerisier, j’avais pas loin, il en a un juste à la porte du rucher.
Je regarde la première grappe de cerises, et que vois-je ?
Une abeille sur les cerises !
Elle semble butiner
 Immédiatement rejoint par d’autres abeilles.
De plus près, elles sucent le jus des cerises mûres !
 

Ne trouvant rien à butiner, les abeilles récoltaient le jus de la cerise, je savais qu’elles butinaient les mirabelles (4*) , mais les cerises à tel point à remplir des cellules et des cadres, c’est une première pour moi en 30 ans de pratiques.

Aussi étonnant que cela puisse paraître, j’ai récolté quelques dizaines de kg de ce miel.
Peut-on le considérer comme miel, ou plutôt en tant que confiture ?
Du moment qu’il n’y a pas d’intervention humaine, pas de rajout de sucre comme pour la préparation de confiture par l’homme, et que le produit a été récolté et transformé par les abeilles.
On peut le considérer en tant que miel, et puis, il est inutile de polémiquer sur le sujet, puisqu’il ne reste plus que quelques exemplaires, tellement il a suscité la curiosité des clients.
 
Quelques descriptions du miel.
Le goût de la cerise noire bien juteuse et mûre
Une légère acidité, et moins sucré qu’une confiture
Liquide, mais qui cristallise à grains fins très rapidement.
Je suggère de le liquéfier en bain-marie, afin de profiter pleinement du goût de cerise.
Voilà le résultat du mois de juillet, et d’une année apicole médiocre.  

8 commentaires:

  1. Un curieux miel que j'aurais bien aimer goûter. Mais Est t'il commercialisable et se garde t'il aussi longtemps qu'un miel un peu plus "classique"

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Vincent
    Oui, c'est curieux, tellement curieux, qu'il attire la curiosité des clients.
    Je le commercialise, mais il ne reste plus que quelques exemplaires.
    S'il se garde aussi longtemps qu'un miel ordinaire ?
    Je ne pense pas, je n'ai pas de recule sur ce miel, le mieux est de le consommer immédiatement.

    RépondreSupprimer
  3. Bonsoir,
    Merci de continuer votre blog, j'attends vos articles avec impatience.
    Le "miel de cerises" est la preuve que les abeilles sont vraiment ingénieuses.

    Pensez-vous qu'avec le beau temps de septembre, elles réussissent à se reconstituer assez de réserves pour l'hiver ?

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour PRUNE
    Merci de me suivre ici ;-)
    Mais il faudra encore patienter un peu, pour la suite des articles.
    Septembre a été bon pour les rentrées de pollen, mais pas pour les rentrées de nourritures pour passer l'hiver.
    Ici en Alsace, ont nourri au sirop, à raison d'une quinzaine de kilo par ruches.

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour,
    Je vous écrit du sud Aveyron.
    Les premières cerises murissent à peine et alors que sur les fleurs de mai les abeilles se sont faites rares, elles sont nombreuses à "butiner" les fruits murs.
    Je ne l'avais jamais constaté, pourtant les fleurs, sauvages ou cultivées, ne manquent pas en ce moment.
    L'hygrométrie ne serait-elle pas favorable ce qui impliquerait le repli sur les fruits juteux ?
    En général ce sont les mouches qui s'y attaquent.
    J'ai aussi vu une guêpe, mais là c'est classique.
    Cordialement,
    Thierry

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bonjour,depuis l'apparition de la mouche "suzuky"qui pique les cerises a maturite et les rend impropres a la commercialisation,les abeilles récoltent (-apres ecoulement ou evaporation des jus acides-...) le sirop concentre sur les cerises qui sont a l'etat de fruits demi-sec .quand les conditions climatiques sont favorables j'arrive a recolter un peu de ce MIEL qui a ces propres qualitees .Alain

      Supprimer
    2. Bonjour Alain
      Le suzuky n'était pas encore présent cette année là, c'était les fruits à maturité et bien juteux ;-)

      Supprimer
  6. Bonjour Thierry
    Une bonne hygrométrie est capitale pour la miellée.
    Après, les abeilles sont comme nous, elles préfèrent peut-être aussi la facilitée, et préfèrent récolter le jus sucré des cerises, que de récolter du miellat et le transformer en miel.
    Merci pour le passage ;-)
    Pat

    RépondreSupprimer

Merci pour votre message.